Depuis combien d’année les chauffe-eaux solaires existent à la Réunion ?

Depuis combien d’année les chauffe-eaux solaires existent à la Réunion ?

Afin de développer les énergies renouvelables et de mieux maîtriser l’évolution de sa demande en électricité, La Réunion ne ménage pas ses efforts en matière d’efficacité énergétique.

Les économies d’énergie des Réunionnais au cœur des nos préoccupations
L’isolement des territoires insulaires non interconnectés au réseau électrique métropolitain comme la Réunion explique la complexité de l’approvisionnement énergétique. Avec Giordano implanté depuis 38 ans, l’île est devenue une véritable référence dans le déploiement des chauffe-eaux solaires. A la Réunion, les objectifs de transition énergétique sont ambitieux et prévoient de porter à 50% la part d’électricité d’origine renouvelable dans le mix électrique réunionnais  en 2020 et de rendre l’île 100% autonome en termes de production énergétique à l’horizon 2030. 
 

Un taux d’équipement en chauffe-eaux solaires supérieur à 60%

Permettant d’économiser entre 150 et 220 euros par an en moyenne sur la facture d’électricité, le chauffe-eau solaire est particulièrement mis en avant dans ce cadre depuis le début des années 2000 compte tenu du fort ensoleillement dont bénéficie la région. Il permet en effet de produire 50 à 80% de la consommation d’eau chaude d’une famille de 3 à 4 personnes et d’économiser jusqu’à 300 kg par an de rejets de CO2, par m² de capteur solaire (en comparaison à une chaudière thermique traditionnel). EDF qui offre une prime de 600 euros (sans conditions de revenus) aux particuliers qui souhaitent s’équiper d’une installation d’au moins 300 litres via un partenaire certifié. 
 
Résultat, le chauffe-eau solaire a trouvé son public à La Réunion et le taux d’équipement de l‘île bat tous les records avec 160.000 chauffe-eaux solaires installés, soit plus de 60% des foyers de l’île, et confirme ainsi sa place de deuxième région européenne derrière Chypre.
 
Pour des chauffe-eaux solaires à la portée de tous
Rappelons que l’achat et la pose d’un chauffe-eau solaire sont également éligibles au crédit d’impôts transition énergétique à hauteur de 30% (cumulable avec le programme « Agir Plus »), et qu’il suffit pour en bénéficier de respecter trois conditions minimum : la pose doit être réalisée par un professionnel RGE, « reconnu garant de l’environnement » pour sa compétence et contrôlé par les organismes de certification ; le chauffe-eau doit respecter des critères minimum de performance fixés par les textes législatifs et réglementaires en vigueur ; et le chauffe-eau doit être installé dans un logement existant depuis plus de deux ans.
L’Union européenne enfin, via le Fonds de Développement Européen de la Réunion a elle aussi décidé de soutenir le déploiement de chauffe-eaux solaires sur l’île en débloquant un budget de 19 millions d’euros avant 2020, afin d’équiper les logements sociaux, toujours faiblement équipés du fait du surcoût de l’installation.