Giordano – chauffe-eau solaire

 Énergie verte : découvrez 5 métiers d’avenir

Énergie verte : découvrez 5 métiers d’avenir

Du technicien à l’ingénieur, l’économie verte et le secteur des énergies renouvelables offrent de multiples perspectives d’emplois et de nouveaux métiers. Véritable enjeu à l’échelle mondiale, la transition énergétique est créatrice d’emplois. Futura vous propose de découvrir cinq métiers d’avenir.

Éolien, énergie solaire, hydroélectricité, biomasse… Le développement des énergies vertes progresse de plus en plus chaque année. Entre enjeux économiques et environnementaux, les énergies renouvelables créent de l’emploi et font apparaître de nouveaux métiers, pleins d’avenir, comme l’atteste un rapport de l’Organisation internationale du travail paru en 2018. La loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015 n’y est pas pour rien également, puisque la part des énergies renouvelables devra atteindre 32 % de la consommation brute d’énergie en 2030, contre 23 % en 2020. D’après une étude de l’Ademe de mars 2019, les énergies renouvelables ont généré 86.270 emplois en 2017, soit une hausse de 6,9 % par rapport à 2016.

Voici 5 métiers des énergies vertes à découvrir :

Chef de projet éolien

Il est responsable d’un projet de construction de parc éolien, de son étude de faisabilité à la livraison finale du projet, tout en tenant compte des impacts environnementaux et des contraintes réglementaires. Le chef de projet éolien choisit le site d’implantation, négocie avec les propriétaires du terrain, les élus, les administrations afin d’obtenir un permis de construire et supervise l’ensemble du projet jusqu’à sa réalisation effective. Un diplôme niveau bac +5 est nécessaire pour ce type de poste, qu’il soit de type master ou école d’ingénieur. Le salaire d’un chef de projet éolien débutant se situe autour des 2.000 euros brut par mois. Une fois expérimenté, son salaire pourra atteindre les 4.000 euros brut mensuel.

Les énergies vertes vont d’ici les prochaines années continuer de se développer afin de permettre une transition énergétique nécessaire.
© lovelyday12, Adobe Stock 

Technicien de maintenance éolienne

Le technicien de maintenance éolienne assure le montage, l’entretien et le suivi des éoliennes. Si la grande partie de la surveillance se fait en bureau par ordinateur, le technicien se déplace au moins deux fois par an pour assurer le graissage et une maintenance préventive. En cas de panne, il doit pouvoir intervenir rapidement sur place, toujours accompagné d’un technicien pour assurer sa sécurité et procéder aux différents tests de contrôle. Un diplôme de niveau bac +2 ou bac +3 est nécessaire pour occuper ce poste. Le salaire d’un débutant se situe autour de 1.500 euros bruts mensuels en moyenne, auquel peuvent s’ajouter des primes.

Ingénieur en énergies renouvelables

Polyvalent ou spécialisé dans une énergie, l’ingénieur en énergies renouvelables est au cœur de l’innovation et cherche à développer de nouvelles techniques ou de nouvelles énergies. Il peut tout aussi bien gérer l’installation d’un parc éolien que chercher à faire des économies dans la production d’énergie solaire ou à rentabiliser l’exploitation des couches souterraines dans un projet de géothermie. Son but est d’assurer la transition énergétique, que ce soit par la rentabilisation de technologies existantes ou par l’innovation. Un diplôme d’ingénieur niveau bac +5 est demandé pour exercer ce métier. Le salaire brut d’un débutant se situe autour de 2.500 euros mensuel. Avec de l’expérience, sa rémunération peut se situer entre 3.500 et 5.000 euros brut par mois.

Des métiers sur le terrain, ici, l’installation d’une centrale photovoltaïque. © Franco Lucato, Adobe Stock 

L’économe de flux : l’énergie verte au cœur du métier

L’économe de flux fait la chasse au gaspillage, que ce soit en terme d’électricité, de chauffage, de climatisation ou d’eau. Spécialisé dans les économies d’énergie, l’économe de flux travaille aussi bien pour les entreprises privées que pour les collectivités locales. Son but est de faire baisser les factures, que ce soit en changeant d’équipement ou en modifiant certains réglages. Il peut également intervenir avant la construction d’un bâtiment ou lors d’une rénovation. Un bac +2 à bac +5 est possible pour exercer ce métier. Le salaire d’un débutant se situe entre 1.400 et 2.000 euros brut par mois selon son niveau d’études.

Ingénieur en énergie solaire

L’ingénieur en énergie solaire assure aussi bien un rôle de scientifique en cherchant à améliorer sans cesse le rendement de l’énergie solaire, qu’ un rôle de technicien chargé d’assurer le fonctionnement des installations. Son but est de rentabiliser au maximum le rayonnement solaire que ce soit via des installations thermiques ou photovoltaïques. Il supervise l’ensemble d’un projet, du choix de l’installation la plus adaptée à sa mise en place finale, et gère également la partie administrative et technique (chiffrage, bilan, relevés…). Un bac +5 minimum est requis pour ce métier. En début de carrière, son salaire sera compris entre 2.000 et 3.000 euros brut par mois. Une fois expérimenté, sa rémunération peut atteindre les 5.000 euros brut mensuel, voire plus.

futura-sciences.com